HAIKUS ET POEMES COURTS

Dans le jour blême coule un rêve,

je m’enracine à ton ciel nu,

laissant les feuilles mortes à terre


Sur la ligne verte passent les pétales du temps

Qui déposent sur ta joue les mémoires d’un symbole d’amour

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *